Reporters Without Borders (http://www.rsf.fr/)

14 June 2003 (la version française suit)

IRAN

Two journalists arrested on charge of meeting secretly with student protesters

Reporters Without Borders called for a firm reaction from the European Union to the arrest of two journalists today in Tehran on a charge of meeting secretly with students in order to support their protest movement.

The two journalists are Taghi Rahmani of the weekly Omid-e-Zangan and Reza Alijani, editor of the monthly Iran-e-Farda and winner of the Reporters Without Borders - France Foundation press freedom prize in 2001.

"We call on the European Union, which is currently in talks with Tehran, to take a firm position on this," said Reporters Without Borders secretary-general Robert Ménard, who said the charges against the journalists were baseless, as is usually the case in Iran.

Describing the present situation as "very serious," Ménard called on the Iranian authorities to release the two immediately, as well as the eight other journalists held in Iran, which has more journalists in prison than any other country in the Middle East.

Rahmani and Alijani were arrested this afternoon at their home by police who carried out a three-hour search, confiscating computer diskettes, personal papers and photographs. They were arrested on the orders of the Tehran prosecutor, Said Mortazavi, who also ordered the arrest of a third journalist, Hoda Saber, on the same charge of meeting secretly with students with a view to supporting the wave of anti-government protests that began a few days ago in Tehran's main university campus.

A revolutionary court sentenced Rahmani, Alijani and Saber to prison terms of eleven, six and ten years respectively on 10 May, but they had not yet begun serving their sentences. They and four other journalists were also stripped of their civic rights for 10 years. Their arrests today were not related to these convictions.

Alijani was arrested by security police on 24 February2001 and was freed on bail on 16 December of the same year. Rahmani was released on 16 April 2002 after being arrested on 11 March 2001 in a raid on a meeting of some 30 people at the home of Mohammad Bastehnaghar, a progressive opposition figure and journalist with Asr-e-Azadegan.

Saber, a member of Iran-e-Farda's editorial staff, was out when the police arrived at his home today. He was previously arrived on 28 January 2001 and released on bail on 12 March 2002.





14 juin 2003


IRAN
Deux journalistes arrêtés

Taghi Rahmani, journaliste de l'hebdomadaire Omid-é-Zangan, et Reza Alijani, rédacteur en chef du mensuel Iran-é-Farda, et lauréat du prix Reporters sans frontières - Fondation de France 2001, ont été arrêtés dans l'après-midi du 14 juin.

" La situation est aujourd'hui très grave. Les accusations portées contre ces journalistes sont, comme d'habitude, sans fondement. Nous demandons à l'Union européenne, actuellement en négociations avec Téhéran, de prendre une position ferme par rapport à cette situation. Nous demandons, par ailleurs, aux autorités iraniennes de relâcher immédiatement Taghi Rahmani et Reza Alijani ainsi que les huit autres journalistes incarcérés ", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Avec dix journalistes derrière les barreaux, l'Iran est la plus grande prison du Moyen-Orient pour les journalistes.

Le 14 juin, des policiers ont arrêté Taghi Rahmani et Reza Alijani à leur domicile. Pendant trois heures, ils ont effectué une perquisition : des disquettes, papiers personnels, photographies, etc. ont été confisqués. Ces arrestations ont été menées sur ordre du procureur de Téhéran, Saïd Mortazavi, qui a également ordonné celle du journaliste Hoda Saber, un des dirigeants de Iran-é-Farda. Ce dernier était absent de son domicile lorsque les policiers s'y sont présentés.

Les trois journalistes sont accusés d'avoir tenu des réunions secrètes avec des étudiants pour entretenir le mouvement de contestation. Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours autour du principal campus de Téhéran. Des slogans très critiques à l'égard du régime y ont été lancés.

Le 10 mai dernier, le tribunal révolutionnaire avait condamné Taghi Rahmani, Reza Alijani et Hoda Saber à respectivement onze, six et dix ans de prison. Avec quatre autres journalistes, ils avaient également été condamnés à dix ans de privation de leurs droits civiques. Ils étaient demeurés libres. Ces arrestations du 14 juin n'ont pas de liens avec leur condamnation de mai.


Reza Alijani avait été arrêté par des agents de la sécurité le 24 février 2001 et libéré sous caution le 16 décembre 2001. Taghi Rahmani, avait été libéré le 16 avril 2002. Il avait été arrêté le 11 mars 2001 par des agents de la justice lors d'une rafle au domicile de Mohammad Bastehnaghar - une des figures de l'opposition progressiste et journaliste d'Asr-é-Azadegan - où s'étaient réunies une trentaine de personnes. Hoda Saber avait été arrêté le 28 janvier 2001 puis libéré sous caution le 12 mars 2002.